La start up du courtage bouscule les codes de l’Assurance
Posted in Coup de coeurMarché de l'artQuestions d'assurance

La start up du courtage bouscule les codes de l’Assurance

« Digital et distribution de l’Assurance » était le thème de la conférence organisée hier soir par l’Association Interprofessionnelle de l’Assurance en Méditerranée  à Marseille. Courtiers, Agents, Assureurs, Experts membres de la Compagnie des Experts (CEA) exprimaient leurs interrogations sur l’avenir de leur profession perturbée par les nouvelles habitudes des clients sur le WEB. La réalité du terrain vécue par les professionnels n’est pas encore en totalement synchronisée avec le monde virtuel. Comment justifier à un client un prix différent entre un contrat souscrit en ligne ou dans leur agence ? Seulement 500 000 e-constats automobiles utilisés … Qui reste propriétaire des données confiées au courtier ?

Le président de la  Fédération Française de l’Assurance, Monsieur Bernard SPITZ a exposé les grands enjeux macroéconomiques du secteur en France, premier marché de l’Union européenne depuis le Brexit. Il a insisté sur l’approche « de place » de tous les adhérents plus unis que jamais sur les thèmes de la Réglementation à Bruxelles ou technologique telle que la signature électronique.

La disruption arrive chez les courtiers avec la présentation de la start up plussimple.fr  :

Pantalon vert et veste décontractée, le jeune Anthony présente son pitch : pour un gérant de petite ou moyenne entreprise, des dizaines de questions et des centaines de pages de polices d’assurance devaient être lues avant de souscrire un contrat Responsabilité Professionnelle, Plussimple.fr utilise un algorithme qui va rechercher les informations sur des sites  publics dès que le nom et le prénom sont saisis puis déroule 3 formules « plus digestes » pour le client.

Il fallait y penser et le faire … silence admiratif dans la salle.

Réflexions sur la gestion de sinistres

La tentation de régler les sinistres par intelligence artificielle n’est donc plus un tabou puisque le lancement d’une recherche appliquée en partenariat avec l’université d’Aix Marseille est annoncée. Blockchain, chatbots, Intelligence Artificielle sont désormais les nouveaux champs sémantiques à maîtriser : un peu déstabilisant , il faut bien se l’avouer.

Si les aspects techniques du bâtiment et les modalités du contrat d’assurance pourraient être remplacés un jour par un algorithme, la partie relationnelle restera notre valeur ajoutée dans la gestion de sinistre complexe ou à fort enjeu.

La fédération Française de l’assurance indique de 354 000 cambriolages pèsent 0,6 Md €, 3ème position derrière les incendies 1,4 Md € et les dégâts des eaux 1,2 Md € en  2016.

Pour conclure, cette Conférence a mis en lumière les 2 faces de la souscription des contrats aujourd’hui : les canaux de distribution classiques effectuées par des agents et des courtiers face à l’approche tout numérique d’une nouvelle génération d’assureurs. A suivre.

 

 

Ecrivez et appuyez sur Entrer pour rechercher

Panier